Face à la problématique de la prolifération de la Perruche à collier sur son territoire, le Département des Hauts-de-Seine a constitué un groupe de travail inter-organismes sur le sujet.
Ce groupe réunit les compétences administratives et techniques des partenaires pour étudier le phénomène et proposer des solutions de gestion.
Les huit membres ont aussi signé une convention de partenariat média pour assurer une communication via le site Internet http://perruche-a-collier.fr/.

Présentation des partenaires

Le Département des Hauts-de-Seine

Le Département est responsable de la préservation de son patrimoine naturel. Il s’appuie notamment sur son schéma des espaces naturels sensibles (ENS) et les nombreuses études écologiques et inventaires faune-flore réalisés sur ses parcs et jardins. La prolifération des perruches à collier a donc été enregistrée dès 2005 par les gestionnaires.
Parallèlement, les visiteurs des parcs interrogent régulièrement le Département des Hauts-de-Seine sur la présence de cette nouvelle espèce exotique.

MNHN– Muséum national d’histoire naturellelogoMuseum 163 50
CESCO – Centre d’écologie et des sciences de la conservation

Le Centre d’écologie et des sciences de la conservation, CESCO, est un laboratoire de recherche basé au Muséum national d’histoire naturelle, MNHN.
Il développe des recherches pour la conservation de la biodiversité.
Pour le groupe de travail, le Muséum est représenté par Philippe Clergeau, professeur en écologie. Il travaille notamment sur les constructions des biodiversités urbaines et sur le rôle de l'organisation des paysages sur les dispersions animales. Il est également spécialisé dans les comportements et la gestion des espèces invasives.
À ce titre, il a conduit, pour le compte du Département, une étude scientifique sur la perruche à collier dans les Hauts-de-Seine et en Île-de-France.

FREDON – Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibleslogoFredon 101x50

La Fédération régionale de défense contre les organismes nuisiblesFredon, est reconnue organisme à vocation sanitaire (OVS). C’est la structure opérationnelle chargée d’intervenir avec l’État dans la surveillance, la prévention et la lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux au titre du Code rural.
Qu’il s’agisse de parasites émergents, d’organismes réglementés ou de ravageurs d’importance économique, ces structures  réalisent des diagnostics sanitaires et des suivis biologiques. La perruche à collier étant identifiée comme une espèce exotique envahissante, la FREDON est partie prenante dans ce groupe de travail.

ONCFS – Office national de la chasse et de la faune sauvagelogoONCFS 48x50

Établissement public sous la double tutelle des Ministères chargés de l’Écologie et de l’Agriculture, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, ONCFS
remplit cinq missions principales :

  • la surveillance des territoires et la police de l’environnement et de la chasse ;
  • des études et des recherches sur la faune sauvage et ses habitats ;
  • l’appui technique et le conseil aux administrations, collectivités territoriales, gestionnaires et aménageurs du territoire;
  • l’évolution de la pratique de la chasse selon les principes du développement durable et la mise au point de pratiques de gestion des territoires ruraux respectueuses de l’environnement ;
  • l’organisation de l’examen et la délivrance du permis de chasser.

Dans le cadre du groupe de travail sur la perruche à collier, l’ONCFS est représentée par son chargé de mission des espèces invasives, de la Délégation interrégionale Centre-Val de Loire et Île-de-France.

LPO – Ligue de protection des oiseauxlogoLPO 51x50

La Ligue de protection des oiseauxLPO, reconnue d’utilité publique, est aujourd'hui la première association de protection de la nature en France.
La LPO œuvre au quotidien pour la protection des espèces, la préservation des espaces et pour l'éducation et la sensibilisation à l'environnement.
Elle propose à l’État,  aux collectivités régionales et locales, son expertise sur le patrimoine naturel, et concourt ainsi à la protection d’espèces et d’habitats menacés.

La Délégation régionale d’Île-de-France est partie prenante dans le groupe de travail sur la perruche à collier. Elle intervient en tant qu’experte en ornithologie et plus particulièrement sur l’avifaune locale.

Villes de Châtenay-Malabry, d’Antony et de Sceaux logoSceaux 91x50logoAntony 107x50logoChatenay 121x50

Ces trois communes, Châtenay-Malabry, d’Antony et de Sceaux sont impactées par la prolifération des perruches à collier.
Les habitants constatent l’augmentation de ces oiseaux surles parcs de la ville et dans leurs jardins, et s’interrogent sur le développement de cette espèce.

Également, ils sont de plus en plus nombreux à se plaindre des dégâts engendrés par l’espèce :

  • attaques sur les arbres (ravages sur les fruits et bourgeons) ;
  • trous de nidification dans les parements des immeubles ; 
  • envahissement des mangeoires à passereaux en hiver ;
  • cris et fientes lors des regroupements nocturnes...

Les services des espaces verts, de l’environnement, de l’hygiène et de santé publique de la Ville sont donc sollicités pour gérer cette espèce.
Les Villes ne peuvent intervenir seule pour régler ce problème, dépassant largement leur territoire de compétence, et sont donc partie prenante dans l’étude de ce phénomène pour apporter une réponse à cette problématique.