Previous Page  4 / 50 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 50 Next Page
Page Background

4

1-

INTRODUCTION

Des animaux s’installent loin de leurs zones d’origine dans de nouvelles aires

géographiques suite à des relâchés volontaires ou involontaires par l’homme. Dans la

majorité des cas, ces nouvelles espèces ont du mal à s’installer et se propager et ont donc

des impacts plutôt réduits sur les écosystèmes. On estime cependant de 15 à 50%

1

la

capacité d’un vertébré introduit à s’installer durablement. Quand ces espèces sont installées,

elles peuvent poser des problèmes plus ou moins importants mais dans la majorité des cas,

les impacts sont peu ou pas documentés. Ils sont étudiés généralement quand les nombres

d’individus sont importants et que déjà des impacts sont pressentis. Il est maintenant admis

2

qu’il vaut mieux jouer le principe de précaution en limitant les allochtones quand il existe des

arguments, plutôt que d’attendre des impacts avérés quand les individus deviennent

nombreux et dispersés. Ils sont alors très difficiles à gérer. Cette position qui peut sembler

de bon sens et simple à mettre en œuvre se heurte cependant à de nombreux facteurs tant

techniques (on découvre l’espèce tardivement et la limitation est alors délicate) ou culturel

(« belles invasives » comme des fleurs ou des oiseaux, appréciation qui peut freiner la

décision publique).

Parmi les espèces définies comme exotiques envahissantes

3

, la perruche à collier

Psittacula krameri

est citée comme s’installant dans de très nombreuses villes d’Europe et y

interroge les gestionnaires des espaces et des espèces. C’est un oiseau de cage très

courant dans le monde entier, qui s’est échappé et s’est implanté en liberté dans de

nombreuses grandes villes dont Paris. Ces oiseaux, immédiatement appropriés par le public

n’ont jusqu’à aujourd’hui fait l’objet que de peu d’études sur leurs possibles impacts. Nous

verrons qu’à côté de leur aspect connu de « nuisible » pour l’agriculture (c’est le premier

oiseau ravageur des cultures en Inde, son aire d’origine), les travaux se multiplient pour

cerner les impacts de cette espèce dans ses zones d’introduction, recherches aujourd’hui

fédérées dans le cadre d’un programme Européen COST

4

« Parrotnet ».

C’est dans ce contexte qu’en 2008 l’Observatoire Départementale de la Biodiversité

Urbaine du département de Seine-Saint-Denis (ODBU 93) s’est interrogé sur l’installation

puis la dispersion de perruches dans ses parcs où un travail important de suivi et de

préservation de la biodiversité est réalisé. Nous avions rendu un premier rapport en 2009 qui

apportait quelques connaissances supplémentaires sur les dispersions et les effectifs de

l’espèce. En 2013, Le Conseil Général des Hauts-de-Seine, à son tour pose le problème de

façon plus direct quant aux impacts potentiels de l’espèce dans son département et dans la

région Ile-de-France.

Depuis 2007, nous suivons cette espèce tout particulièrement sur l’Ile-de- France,

mais aussi nous avons mis en place un réseau national d’observateurs (en métropole

actuellement 6 villes avec reproduction de perruches).

L’Ile-de-France compte aujourd’hui

plus de 5000 individus

. Les premières observations des déplacements et des régimes

alimentaires nous avaient interpellées sur la plasticité de l’espèce et le rôle important

des nourrisseurs à fixer et favoriser cette espèce. Il manquait de toute évidence une analyse

plus poussée sur les différents impacts de la perruche, ce qu’a permis d’aborder le présent

marché.

C’est dans ce contexte que nous avons défini 6 axes de travail devant donner une

base à une réflexion sur la place actuelle de la perruche en Ile-de-France et les stratégies de

gestion possible :

- Analyse des dortoirs nocturnes et de la propagation

- Activités de reproduction et importance du Parc de Sceaux dans la dynamique régionale

1

Jeschke & Strayer - Proc Natl Acad Sci USA, 2005; Jeschke - Diversity and Distributions, 2008

2

Symberloff - Conservation Biology, 2003 ; Clergeau et coll.- Int. Journal of Pest Management, 2004

3

Daisie – Handbook of alien species in Europe, 2009

4

Leader : University of Kent, 2013-2016.