Previous Page  16 / 50 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 16 / 50 Next Page
Page Background

16

3c- Analyse de la reproduction

1

. A l’échelle régionale

Le nombre de sites de reproduction a régulièrement augmenté depuis leur

introduction dans les années 1970. On observe surtout une explosion du nombre de ces

sites entre 2003 et 2009 : 34 sites observés alors qu’en 2002 seulement 19 sont référencés.

Aujourd’hui 57 sites de reproduction de la Perruche à collier ont été répertoriés en Ile-

de-France, plus 14 non validés. La ville de Paris intra-muros comprend trois sites de

reproduction avec le parc Montsouris, le Jardin des Plantes et le Jardin du Luxembourg. Une

tentative de nidification a également été observée au parc Kellermann en 2013.

Les effectifs de ces sites sont assez variables et peuvent aller d’un seul nid à une

soixantaine. Les sites de reproduction de la perruche se situent pour la plupart dans des

parcs plus ou moins urbanisés et des bois. L’ensemble des sites où nichent la perruche sont

compris dans une bande sud-ouest nord est d’environ 100 km sur 30 km. L’ellipse de

dispersion des sites de reproduction peut être centrée sur celle des observations mais sa

surface est deux fois plus faible.

Des sites de reproduction sont concentrés dans le sud des Hauts-de-Seine : 5 parcs

principaux pour la reproduction dont Parc départemental de Sceaux, Lycée Lakanal, Parc

Heller, Parc Henri Scellier, Parc départemental de la Vallée aux Loups mais aussi des

nidifications au sein du Parc de Saint Cloud et dans des résidences à Antony et Vaucresson.

Le Parc de Sceaux apparait comme la colonie de reproduction la plus importante du

département et de l’Ile-de-France.

2. A l’échelle du parc de Sceaux

Le parc de Sceaux (180 ha) possède un grand intérêt écologique et est classé en

Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF) et en Espace Naturel

Sensible (ENS). Les habitats le constituant sont variés car si l’on y trouve des jardins à la

française avec des plans d’eaux artificiels et de grands alignements de platane, le

département encourage une végétation plus naturelle dans les prairies et sous-bois. De plus,

certaines zones classées Zone Naturelles Protégées (ZNP) sont clôturées empêchant ainsi

le piétinement du public et consolidant la démarche de conservation des gestionnaires.

L’avifaune du parc est également riche avec 40 espèces d’oiseaux nicheurs en 2010. Un

comptage de tous les oiseaux nicheurs du parc est réalisé périodiquement. Ainsi, la

population de perruche à collier du parc de Sceaux est suivie depuis l’arrivée des deux

premiers couples en 2003. Enfin, suite à la forte augmentation des effectifs depuis 2010, les

gestionnaires ainsi que les usagers s’interrogent sur cette population et ces possibles

impacts.

Un gros travail de terrain, mené par P. Lenancker et B. Lebrun, a permis de

cartographier les nids de perruches à collier durant le printemps 2013 (plusieurs passages,

localisations exactes sur carte des plantations, analyse des comportements). Un autre travail

plus restreint spatialement a été effectué en 2014 par H. Gaffet. L’ensemble de ces données

fourni les données nécessaires à une approche de l’évolution historique des reproductions

au sein du parc de Sceaux.

En 2003, les deux premiers couples sont observés. En 2010, le nombre de nids

explose avec une estimation entre 20 et 30 cavités soit de 10 à 15 fois plus de nids que 7

ans auparavant. En 2013, le comptage donne 64 cavités répertoriées, avec une estimation

entre 65 et 70 nids (travail très précis de recherche), soit de 2 à 3 fois plus en seulement 3

ans. En 2014, on observe toujours des nidifications sur les zones périphériques et dans la

seule zone centre on répertorie 70 nids ; l’estimation pour cette dernière année est comprise

entre 80 et 90 nids.

C’est toujours la zone centrale près de l’ « Octogone » qui a vu les premières

nidifications qui a la plus forte densité (75% des nids). Dans cette zone la dynamique des

nidifications montre une courbe exponentielle forte. Les nids de perruches qui étaient isolés

en zone plus périphérique en 2010 font désormais partie de petits groupes de nids.