logo lpo

Pour la LPO, la restauration des écosystèmes doit rester une priorité en outre-mer française et dans les espaces protégés où se concentre 10% de la biodiversité mondiale. Elle préconise donc une approche différenciée, espèce par espèce en métropole.
L'association prend en compte les règles d’éthique et de respect de la sensibilité animale en agissant directement au sein de ses espaces protégées.

Aujourd’hui, ces espèces font l’objet de règlements européens et 49 espèces végétales ou animales doivent être surveillées, régulées ou éradiquées dans les États membres.

Pour en savoir plus consulter les pages dédiées en format PDF dans la rubrique Ressources documentaires

L'étude du MNHN

Philippe Clergeau,écologue, professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, a réalisé pour le compte du Département des Hauts-de-Seine une étude sur Psittacula krameri.

Consultez l'étude en ligne

Responsabilité citoyenne

Relâcher et nourrir des espèces ayant un potentiel connu d’invasion peut causer à plus ou moins long terme de graves perturbations de l’environnement.

Lire l'article

Les ravages de la perruche dans le monde

Les individus échappés ou relâchés volontairement, ont formé des colonies durables dans plus de 35 pays sur les 5 continents.

Lire l'article