L'inquiétude est aussi de mise chez les résidents des Hauts-de-Seine.

La perruche à collier depuis son arrivée sur le territoire en 1970 ne cesse de se multiplier au fil des années créant des nuisances sonores en masse et d'important dégâts dans les habitations.

Pour d’autres, cette espèce tropicale n’est pas à sa place : perturbatrice de la faune locale, responsable de nuisances sur les arbres et les bâtiments, en nombre toujours croissant… en un mot, c’est une invasion.
La problématique est posée.

 trouCreuseDansUnEnduit

Pour en savoir plus lire le dossier : Une "belle invasive " en Île-de-France dans la Rubrique Ressources documentaires
par Olivier Bouviala : Chef du service Etudes, paysages, patrimoine et environnement au Département des Hauts-de-Seine et 
Philippe Clergeau : Professeur au Museum national d'Histoire naturelle - Département Ecologique et gestion de la biodiversité/UMR CESCO

L'étude du MNHN

Philippe Clergeau,écologue, professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, a réalisé pour le compte du Département des Hauts-de-Seine une étude sur Psittacula krameri.

Consultez l'étude en ligne

Responsabilité citoyenne

Relâcher et nourrir des espèces ayant un potentiel connu d’invasion peut causer à plus ou moins long terme de graves perturbations de l’environnement.

Lire l'article

Les ravages de la perruche dans le monde

Les individus échappés ou relâchés volontairement, ont formé des colonies durables dans plus de 35 pays sur les 5 continents.

Lire l'article